URSSAF DE LA GIRONDE

BORDEAUX (33)

Réhabilitation de l'immeuble du siège de l'URSSAF

 

MAITRE D’OUVRAGE : URSSAF de la Gironde

ARCHITECTES : POGGI architecture, mandataire
        
SURFACES : 5 0000 m² shon

COUT : 4,67 M€ HT

MISSION : Base loi MOP + EXE

DATES :  Concours lauréat 2013

Livré en 2018

L’esprit général des travaux à entreprendre à l’URSSAF de la Gironde vise à améliorer le confort dans les bureaux, tout en conservant la logique de conception architecturale d’origine.

- respect d’une écriture architecturale forte et élégante des années 1970
-amélioration de l’existant.
-mise aux normes.
-amélioration thermique /acoustique /éclairement /fonctionnement.
-adaptation fonctionnelle.

Le volume hall d’entrée est entièrement modifié.
Les plateaux sont réaménagés.
Le chantier est réalisé en site occupé afin de ne pas interrompre le fonctionnement de l’Urssaf.

Crédits photographiques : Arthur Pequin

CPAM LORMONT

LORMONT (33)

Réhabilitation et extension de bureaux
  

MAITRE D’OUVRAGE : CPAM de la Gironde

ARCHITECTES : POGGI architecture, mandataire
        
SURFACES : 1 580 m² réhabilitation

820 m² neuf

COUT : 3.2 M€ HT

MISSION : Base loi MOP + OPC + SSI

DATES :  Etudes en cours

Livraison prévue 2019

Les bureaux de la CPAM sont à organiser dans un bâtiment existant sur deux niveaux avec une extension afin de disposer les différents pôles fonctionnels sur de vastes plateaux ouverts.

Les postes de travail, regroupés par quatré ou deux, sont conçus pour laisser la plus grande mobilité possible, pour permettre les permutations de personnels d'un pôle vers l'autre.

Les bureaux fermés sont positionnés ebn façade. Leurs formes dissymétriques modifient le rigidité de l'organisation.

Au centre, les espaces de travail en groupe se déclinent sous forme de café / co-working jardin / détente, salon / consulation , stockage / reprographie, terrasse / jeux ...

Une zone lounge autorise les échanges dynamiques, pour renouveler sa façon de penser.

Les matériaux, les cloisons acoustiques, les claustras, les couleurs et le mobilier définissent ces endroits inattendus et atypiques dans le monde tertiaire. Ils sont définis spatialement mais laissent une liberté quand à leur utilisation future.

En façade, le rythme de pleins et de vides de l'existant est conservé pour éviter une démolition trop importante et un risque structurel. Les remplissages verticaux sont remplacés par des châssis vitrés toute hauteur. L'objectif est de laisser pénétrer la lumière naturelle le plus loin possible. Ce système assure un éclairement homogène et une bonne ventilation de la totalité des plateaux. Enfin, ceci permet de reconfigurer les espaces de travail à volonté.

Pour des raisons de pérennité, une peau d'acier laquée habille l'isolation par l'extérieur. Afin de souligner le double effet, rythme plein / vide et épaississement du complexe de façade, la vêture métallique dessine des redents réguliers. Ces avancées latérales protègent les vitrages du rayonnement solaire.

Le volume s'étire et forme une façade linéaire et uniforme.

LA HALLES GENEREUSE

BLANQUEFORT (33)

Programme d'aménagement économique à destination des PME et PMI

  

MAITRE D’OUVRAGE : La FAB /

La Fabrique Bordeaux Metropole

ARCHITECTES : MORE architecture, mandataire
            POGGI Architecture, associé

SURFACE : 21 789 m² shon

DATE :  Concours non lauréat 2017

Le projet se décompose en une double halle, la « halle-activité » et la « halle-rue », qui se complètent délicatement sans rivaliser. La halle-rue est une véritable galerie, faisant appel. Elle est volontairement positionnée en façade Ouest. Cette galerie est l’espace public qui connecte Halle/site/territoire.

A l’échelle de l’Ecoparc, la lecture du volume est évidente, avec les locaux d’activités accolés à la galerie et les bureaux insérés dans le volume de la galerie.

Le bâtiment forme tout, de 144 mètres de long par 80 de large avec :

1. A Est, les locaux d’activités abrités dans une agglomération de 18 modules de 20 mètres par 24. La structure de chaque module est basée sur une trame répétitive de poteaux béton.

2. A l’Ouest, la galerie de 20 mètres de large et d’une hauteur oscillant entre 7.5 mètres et 13 mètres sous poutre, s’étire sur la longueur de la Halle. Elle est recoupée par une ligne déportée de poteaux, supports des bureaux perchés dans les hauteurs.

Chacun est autonome et profite de la proximité des autres. Leur fonctionnement est séparé et combiné. Cette solution ne se contente pas de privilégier l’économie de moyens, elle libère des espaces qui seront des zones d’expression et de travail d’une grande souplesse pour tous. Cette capacité d’adaptation garantit la pérennité de ses usages.

 Ouverte et organisée, HG1 révèle l’identité des programmes, participe à la cohésion urbaine à l’échelle humaine.

POSTE DE CONTROLE

LAVERA (13)

Poste de contrôle Blastproof
  

MAITRE D’OUVRAGE : Grand Port Maritime

de Marseille

 

ARCHITECTES : POGGI Architecture, mandataire
            Arnaud GARRIGUE, associé

SURFACES : 1 500 m² Shon
   3 500 m² espaces extérieurs

COUT : 3.0 M€ HT

MISSIONS : Base loi MOP + Mobilier

DATES :  Concours lauréat 2003

Livré en 2009

Avancé dans la zone à risques industriels, c’est l’entrée officielle dans la zone sécurisée. C’est un bâtiment blast-proof. Il est posé au plus près des postes d’appontages. Il traduit l’idée de protection et de sûreté. La coque est découpée de fines ouvertures, lumière naturelle. A l’intérieur, douane, vestiaires de décontamination, centre de secours, salle informatique de commande des pipelines et déchargement des navires, détente…

La végétation est incrustée dans la dalle. Béton brut, minéralité. « Un béton qui n’a pas peur de se confronter au lieu ».Un volume revêtu d’une peinture métallisée qui se protège des rayonnements solaires.

Un monolithe brillant, signal d’entrée.

TERMINAL PETROLIER

LAVERA (13)

Bureaux et bâtiment logistiques.

LAVERA - MARTIGUES   

MAITRE D’OUVRAGE : Grand Port maritime

de Marseille

 

ARCHITECTES : POGGI Architecture, mandataire
            Arnaud GARRIGUE, associé

SURFACES : 4 500 m² Shon
   4 000 m² espaces extérieurs

COUT : 6.5M€ HT

MISSIONS : Base loi MOP + Mobilier

DATE :  Livré en 2009

L’économie du projet réside dans la simplicité d’articulation des fonctions et des volumes entre eux. Il se compose de deux ailes de bâtiments, d’un jardin central et de l’atelier hydraulique, masse sur laquelle s’appuie l’ensemble. Tous ces éléments sont imbriqués autour du jardin, reliés entre eux par le système de circulation horizontale et verticale.


Côté Ouest, les bureaux sont tournés symboliquement vers le port. Nous avons voulu éviter la fatalité de l’objet solitaire, solide et opaque. Nous avons préféré la transparence d’une façade voilée, le rythme cinétique des verticales, les reflets changeants suivant l’heure de la journée. Côté Est, à l’abri du vent, la façade des ateliers, une grande surface plane en béton, striée par la signalétique, protégée par le débord de toiture. La toiture, deux feuilles minces tendues qui se referment l’une vers l’autre. Un toit qui fédère la diversité des bâtiments.

Crédits photographiques / Arthur Péquin

CLINIQUE DENTAIRE

LE BOUSCAT (33)

5 cabinets dentaires, 6 logements, des bureaux et des commerces    

MAITRE D’OUVRAGE : SCI AVLIB 45

ARCHITECTES : POGGI Architecture, mandataire
            Arnaud GARRIGUE, associé

SURFACES : 500 m² Shon bureaux
            74 m² Shon commerces
            436 m² Shon logements
            471 m² Shon cabinets dentaires

COUT : 2.0 M€ HT

MISSIONS : Marché privé, type base loi MOP + OPC

DATE :  Livré en 2008

Un groupement de professionnels souhaite reconstruire leur cabinet dentaire, tout en y associant des logements et des bureaux. La parcelle retenue est longue et étroite, accessible à chaque extrémité. En cœur d’îlot, le cabinet dentaire est organisé dans un fin volume décollé du sol, reposant sur une ligne centrale de pilotis, libérant la surface au sol nécessaire aux stationnements. Étiré sur 45 mètres, il est accessible depuis les deux rues.
    
Les locaux sont répartis le long de la circulation, parallèle à la passerelle, positionnée en façade et baignée de lumière naturelle. Si l’ensemble de l’opération est réalisé selon des procédés constructifs courants, le bâtiment central allie des ouvrages en béton armé pour les parties en porte-à-faux des planchers et des consoles. Charpente métallique et façade légère finissent de clore le volume central.

SERVICES MARITIMES

ARCACHON (33)

Bureaux pour le transfert des locaux des services maritimes.

MAITRE D’OUVRAGE : Service Maritime,

Affaires Maritimes  & DDE

 

ARCHITECTES : POGGI Architecture, mandataire
            Arnaud GARRIGUE, associé

SURFACES : Neuf 1 000 m² Shon
   Extension 600 m² Shon

COUT : 1.9M€ HT

MISSIONS : Base loi MOP + OPC

DATES :  Livré en 2006 & 2011

Ce bâtiment administratif est tourné vers l’accueil d’un public aussi divers que marins plaisanciers, ostréiculteurs... Il est destiné à gérer l’environnement et le plan d’eau d’Arcachon. Le programme rassemble deux services complémentaires, le Service Maritime et de Navigation de la Gironde et le Quartier des Affaires Maritimes. Le projet renforce l’image d’une seule administration.

L’enveloppe se décompose en deux parois. La première est une façade légère, facilement recomposable, la deuxième est constituée de fines lames d’aluminium laqué, elle joue le rôle de brise-soleil. La trame est standard, les rythmes subdivisées, pour faciliter les changements et les substitutions sans jamais affecter l’image du bâtiment. Trois années plus tard, la Direction Départementale de l’Equipement décide d’investir le hangar existant parallèle au bâtiment neuf .
L’étage est réservé aux bureaux, il est accessible depuis la passerelle de liaison entre les bâtiments.

Crédits photographiques / J-P Boisseau

 POGGI Architecture 2018